The asshole survival guide : comment boire dans un vernissage contemporain

C’est toujours très important de se prendre une petite biture dans un vernissage. Mais entendons nous bien, durant le vernissage, pas avant ! Si vous entretenez bien votre cirrhose avant – donc vous arrivez bien arraché, ça ne marche pas, au sens propre comme au sens figuré.

Premier réflexe à adopter quand vous mettez les pieds à l’entrée : cherchez le bar ou le serveur. N’ayez pas peur. Ne restez ni trop loin, ni trop proche du bar. Une distance médiane. Vous devez avoir une idée intuitive de la distance pour bien la formaliser, d’où l’importance de venir sobre.

Normalement, les vins rouges sont de très mauvaises qualités dans les vernissages. Et cela dit long sur la culture des galeristes : avoir une culture de vin n’est généralement pas à la portée de tout le monde. Le vin est révélateur, un bon indicateur, une sorte de Kunst Kompass de la qualité d’une galerie, donc du choix de l’artiste contemporain.

S’il s’agit de votre première, voire de la seconde fois dans un vernissage, partez plutôt sur du blanc ou du rosé. Des vins souvent très jeunes, pas du tout majeurs, et pas de bonnes qualités ; quoi qu’ils passent généralement bien. Ceux qui ne sont pas amateurs ni de vins blancs ou de rosés – félicitations vous n’êtes pas un gros / grosse pervers(e), vous allez devoir noyer votre frustration dans le mauvais vin rouge et atténuer cette amertume avec des œuvres de mauvaises qualités. Tout va bien. Au bout du cinquième verre, votre langue s’anesthésiera et vous allez pouvoir parler comme un « regardeur » qui « fait l’œuvre d’art ». Un peu de culture : la pièce est autant faite par le regardeur que par l’artiste.  Assurez-vous s’il vous plaît d’être à la hauteur éthylique de l’artiste.La folle sagesse.

Si vous ne buvez pas, et bien, excusez du peu…vous n’avez rien à faire dans un vernissage. On ne vient pas à un vernissage pour voir une exposition. Premièrement, vous n’allez rien « regarder » avec la foule de monde qu’il y’a. Deuxièmement, vous êtes certainement quelqu’un qui essaie de se donner un genre. Beaucoup de connaisseurs, de « regardeurs », viennent et repartent, restent cinq à dix minutes, jamais plus, car ils ont des choses plus intéressantes à faire bien sûr ! Le post avant-guarde du snobisme déprimant. S’ils voulaient regarder quelque chose en particulier, ils seraient venus le lendemain – quand la galerie est vide et bien tranquille. Généralement il n’y a personne le lendemain d’un vernissage.

Si vous vous retrouvez dans un vernissage sans alcool, o deum meum, c’est que vous sentez le newbie et le parfum de mauvais goût. Vous avez encore du chemin à faire. Ce n’est pas de votre faute. On est tous passé par là – compassion anarcho-individualiste. Petit conseil : évitez les expositions des banques marocaines, et surtout des peintres figuratifs – sauf quelques uns. Il n y’a jamais d’alcool dans ces endroits glauques et sans âmes, sauf dans les banques internationales implantées au Maroc. S’il s’agit d’une exposition officielle avec des hauts dignitaires et tout le gotha : fuyez. C’est la mort comme un bateau qui s’éloigne. Discuter est inutile dans ces circonstances. De plus, il y aura tout le (CE) … ça sent la bouffe, le très mauvais goût et la transpiration d’afterwork.

Si vous faites le bon choix, ne buvez pas trop. L’idéal : trois à cinq verres de vin chez les galeries coincées où on arrête l’alcool à 21h, et cinq à neuf chez les galeristes « bro » qui se reconnaîtront – pour rester raisonnable. Une expo c’est comme à la cafétéria, on vient pour se détendre et se relaxer. On peut faire les meilleures affaires du monde à la cafète, mais ça c’est un autre sujet.

De quoi faut-il parler lors d’un vernissage ?

Certainement pas d’art. C’est mignon quand on vient à un vernissage pour parler d’art. Imaginez-vous parler à un comptable de comptabilité après le boulot. Non. Penser à un comptable c’est déjà déprimant comme ça. Essayez juste de passer du bon temps, c’est suffisant. Voilà des sujets intéressants : il est où l’after ? On mange où après, tu peux me présenter des gens intéressants ? Derrida et Platon viendront plus tard.

Une chose qu’il ne faut jamais tenter : remercier l’artiste pour son travail. Decepistis animas. Ça ne lui rend pas service – Pas besoin d’être une lumière pour comprendre. Ça ne rend pas service à ses amis non plus qui vont devoir se « taper » sa crise d’égo après, quand c’est un artiste en pleine crise post-déconstruviste. Encore moins à son ou sa petite amie, mais ça on s’en fou. De toutes façons vous n’allez rien comprendre à l’art contemporain donc arrêtez. Quand on comprend l’art contemporain on cesse de juger. Oui il y’a du Dharma un peu dans l’art contemporain. Il y a du tout en fait. Voici un petit manuel qui vous aiguillonera un peu sur ce qu’il faut dire. De plus, vous ne pensez pas ce que vous dites. Si vous le pensez vraiment c’est que vous avez un sérieux problème d’esthétique, de culture, ou un problème d’orientation lié à votre choix de carrière – tel un artiste refoulé en quête de libération du conformisme, sans y arriver. Donc pour toutes ces raisons, et pour d’autres, arrêtez de donner des compliments à l’artiste. Il n’en a pas besoin, à moins de faire du cinéma et de la BD en même temps.

Un vernissage est un lieu de vie où toutes les opérations sociales s’effectuent. Oubliez les critiques et les acheteurs. Vous allez découvrir des interactions sociales bien plus intéressantes que l’œuvre présentée. L’œuvre ne sert que de prétexte de rencontre et d’échange. On peut disserter des heures sur une pièce, lui faire dire tout et son contraire. Restez donc fidèle à vous ou bien soyez fou. L’extrême limite de la sagesse est une folie.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s