Hypothèse sonore : comment se forme notre petite voix intérieure ?

Avez-vous déjà porté attention à votre petite voix intérieure ? Celle qui génère une impression sonore, qui vous souffle des idées et qui, parfois, vous tient réveillé des nuits d’affilé ?

Nous sommes habitué à porter attention au contenu du message plutôt qu’à la sonorité. Nous analysons nos pensés et succombons à celles-ci sans toutefois prendre un instant pour distinguer le son qui se cache derrière le verbe.

Ce que nous allons tenter de réaliser ici, c’est de voir comment l’esprit peut créer un son en partant de l’idée que le cerveau doit se baser sur des associations pour le générer.

Si vous êtes habitués à analyser votre esprit ou notez les sensations du corps durant les séances de méditation Samatha ou Vipassana, ou si vous disposez déjà d’une concentration élevée, vous pouvez réaliser cet exercice : essayez d’écouter vos pensées comme s’il s’agissait d’un son extérieur. Ecoutez vos pensées dans votre langue maternelle et aussi dans une langue étrangère. Si vous ne parlez pas une deuxième langue, portez votre attention sur les termes que vous utilisez rarement dans vos discussions quotidiennes.

Si vous êtes habitués aux méthodes d’analyses d’esprit, vous n’êtes pas sans savoir que le mécanisme de génération de la pensée est complètement aléatoire. Votre esprit semble perdre le contrôle de vos pensées lesquelles défilent comme une suite infinie aléatoire, une réaction aux désirs/stimulis ou d’un modèle de proposition biologique qui a pour but de vous donner l’impression d’exister en tant qu’individu.

Ce qui ressort de l’expérience est le suivant : l’impression sonore (la voix) reste la même quand on perçoit (écoute) des pensées faites de mots et de termes génériques, mais change quand on change de répertoire ou parfois de langue.

En ce qui concerne les pensées génériques (utilisation d’une terminologie simple/courante), le cerveau semble associer les mots à certaines expériences sonores que nous avons eu depuis que nous avons commencé à lire à haute voix, ce qui en résulte un certain automatisme. En ce qui concerne les autres langues ou certaines terminologies complexes, nous pouvons constater que le cerveau associe le son à ceux de certaines personnes que nous avons eu l’habitude d’entendre et d’écouter.

Pour simplifier la chose, supposons que votre esprit génère cette pensée : I should concentrate on my breath ».

L’on pourrait croire, si vous n’avez jamais prononcé cette phrase ou ces mots suffisamment de fois pour qu’ils s’automatisent dans votre esprit, que votre cerveau serait dans l’incapacité de recréer proprement un son à partir de la mémoire de votre voix. Ce que nous constaterons dans ce cas, c’est qu’il va aller chercher dans votre mémoire une personne ayant déjà prononcé « I should », une autre « concentrate on » et une troisième «  my breath ». Il se pourrait également, et suivant ce schéma, que votre cerveau associerait une seule personne à cette phrase s’il lui arrive à trouver un individu l’ayant prononcé.

Au final, si vous écoutez attentivement votre voix intérieure, peut être que vous la verrez comme une lettre corbeau :

lettre corbeau

Si vous arrivez à vous concentrer suffisamment, vous pouvez entendre votre propre voix, puis celle d’une amie, puis la voix de votre animateur préféré ou de votre professeur, ainsi de suite.

Maintenant, imaginez comment les premiers Hommes dépourvus de langage formulaient leurs pensées, ou, d’une autre manière, comment leurs cerveaux généraient une voix pensante en l’absence de langue ! Peut être en images ou en signes, voire en sens, ce qui est moins égoïste qu’une voix étant donné que cette dernière nous donne l’impression d’être unique ou d’exister en tant qu’individu – ça bien sûr si ces Hommes avaient la faculté de raisonner et de réfléchir.

Pour finir, votre voix intérieure, l’une des principales composantes de la création de l’égo, est une production complète du cerveau (ce qui n’est pas une révélation en soi) lequel associe diverses mémoires sonores extérieures et intérieures (les vôtres et celles de votre entourage). Imaginez-vous sans cette voix, sans associations d’images ou de sensations et sans concepts…vous serez sans doute en mesure de voir le monde tel qu’il est réellement sans qualia: comprendre peut-être la nature des choses.

Publicités

Une réflexion sur “Hypothèse sonore : comment se forme notre petite voix intérieure ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s